Blaogin’ny Namana Serasera weblog

Archive for Febroary, 2010

Week end 19/02/2010

Tsy mba mahay manoratra aho moa fa dia milaza fotsiny ny ato am-poko.
Navesatra raha teo @ fihetseham-po no resahina,iny andro zoma harivan’ny 19/02/2010 iny, satria dia feno hafaliana raha nihaona t@ ireo namana mpifanerasera @ aterineto no resahina (facebook, blog, serasera) niaraka nientana ho an’i SHOAN, izay tsy zoviana amintsika intsony.

Ny nahafantarako an’i Shoan moa dia t@ alalan’ny blog-ny, izany hoe mpiara mifanerasera eto à ity aterineto ity e! niha lalim-paka ny fifankahalalana t@ fifidianana blog malagasy na maheno gasy tsara indrindra t@ 2007 t@ alalan’ny BOMB 07 izay nokarakarain’ny FOKO, teo ambany fiadidian’i rajogany. Nifankahalala misimisy kokoa teny ho eny ihany izahay fa t@ RNS 2009 no nihaona tany Nantes izahay mirahavavy. Nifampiatsoantso teny ihany, ary dia nohon’ny raharaha sy ny fahasahiranana samy iaraha manana dia ny facebook sisa no nifampiresahana. tao ihany koa no niforona ny fan club manohana azy am-pitiavana @ aretina (cancer) diaviny, dia nitsiry ny hevitra avy t@ i Nanouh ny hanohanana azy manokana dia indro fa teraka ny 19/02/2010, tsy ho lava resaka aho fa hatambatro ato daholo ny hitako etsy sy eroa.

Récit de Nanouh RASAMOELY :

La soirée de solidarité pour Shoan qui a lieu le Vendredi 19 Février dernier à Chinatwon Belleville, un spacieux restaurant chinois de la capitale s’est merveilleusement bien passée.
Les amis de Shoan réunis ce soir là étaient pour la plupart vêtus d’un haut blanc (sa couleur préférée) et à la lecture du menu, les gueletons asiatiques s’annocaient savoureux. Clin d’œil à la bonne vivante qu’elle est , d’autant plus qu’ une de ses passions c’est l’Asie! Un petit retard sur le planning n’a affecté en rien la joyeuse ambiance à la Shoan, prônée par les organisateurs de cette mémorable soirée. En effet, le dîner était servi à 22h30, le temps que toutes les tables occupées par les convives malgaches du restaurant soient remplies, le temps aussi de faire connaissance et de se rappeler les bons souvenirs de Shoan. Certains de ses amis se rencontrent pour la première fois , malgré un premier contact noué virtuellement pour certains . De tout cette petite assemblée, certains sont venus de loin :de Toulouse, d’ Avignon,de Dijon ,de Lille, de Troyes, d’Amiens, de Rouen, de Bretagne et même de très loin : d’Italie et de la Grèce….Et tous ont dejà fait un bonhomme de chemin avec Shoan : anciens camarades de classe (des escatiens), complices, collègues, etc.
Shoan , la blogueuse, la chroniqueuse…. Elle défend bec et ongles que son vrai boulot c’est l’administratif dans un humble petit bureau du ministère de la justice au tribunal de Rouen, mais ceux qui ont lu ses papiers savent qu’elle a un talent indéniable d’une vraie journaliste, passionnée de Madagascar et très fière de ses origines. Elle a couvert plusieurs évènements de la diaspora et a collaboré avec plusieurs sites, journaux et radios. Ses photos et ses reportages peuplaient surtout la webmédia malgache jusqu’en automne 2009 où la « méchante bébête »l’ a encore une fois de plus rongée jusqu’à l’épuisement : grosse rechute de son cancer des seins contre lequel elle se bat depuis quelques années et qui la contraint désormais de rester alitée . « Ce bordel de crabe » lui a fait malheureusement perdre bon nombre de ses facultés depuis.
Soirées, manifestations en tout genre, ceux qui ont un jour croisé la route de Shoan ont tous eu droit à un article, une photo, une publicité … Pour réaliser ses reportages, elle n’attend jamais d’être sollicitée. D’une aisance déroutante et inhabituelle, « elle vous chope au passage » (selon un commentaire d’un de ses amis sur Facebook) et vous impose son amitié. Particuliers,professionnel
s, associations, artistes, tout le monde est d’accord sur un point : Shoan, c’est la sympathie incarnée !
Talentueuse, maintes fois critiquée mais jamais égalée, son mot d’ordre était la mise en valeur de tous les malgaches dynamiques, qu’elle a affectueusement dénommés les « Gasy tsy very » en adhérant au concept oh combien original de son ami Laza
Shoan, qui de son lit de Val de Reuil savait pertinement l’existence de cette soirée, nous disait au téléphone la veille de cette fête en son honneur : « je ne peux pas y être mais c’est la fête dans ma tête et ca me rend heureuse ! »
L’ambiance à la Shoan battait son plein : le traditionnel Afindrafindrao relatant authentiquement la solidarité a ouvert le bal . Deejay Simjay –très bon par ailleurs !- savait mettre le feu au Chinatown , au grand bonheur des copines de Shoan, suivies par toute la clientèle du restaurant « nanala azy » ( se défoulant) sur des rythmes endiablés de la musique malgache . Au karaoké, l’émotion était à son comble lorsque les amis de Shoan chantaient « Je n’aurai pas le temps » de Michel Fuguain. Tant pis pour les fausses notes et les imperfections, à elle seule cette chanson symbolisait la très belle leçon d’amitié tirée de cet élan de solidarité.
La soirée s’est terminée vers 2h30 au petit matin du samedi. Les organisateurs règlent l’addition et font le compte . Les bénéfices de la soirée seront remis dans l’après midi même à Shoan et son mari , le montant et le détail des recettes sont communiqués aux seuls participants de la soirée et donateurs.
Une délégation de 9 personnes a fait le déplacement à Val de Reuil, malgré le froid glacial de la Normandie . Arrivés sur place vers 17h. En franchissant la porte du petit pavillon , on crie « coucou on est là ! », Shoan se relève à peine de son lit, et répond « c’est qui ? », toute excitée sans doute de savoir qui est là ! Elle a les yeux ouverts mais a perdu la vue, elle devine donc qui est qui au son de la voix de chacun de ses visiteurs . Lorsque l’on s’approche de son lit, elle tatonne pour essayer d’avoir un petit contact physique. En la voyant dans cet état, elle qui a toujours été dynamique et pleine de vie, le choc est terrible… Mais Shoan nous rassure – certainement en entandant le son de nos voix pleurant- en disant haut et fort « ne vous en faites pas , je vais bien ! je suis juste clouée au lit mais je vais bien ! ». Son courage et sa combativité forcent le respect. Personnellement, je me sens un brin ridicule d’avoir pleuré à cet instant là et je lui demande pardon pour ces larmes qui coulent, qui expriment d’ailleurs avant tout ma joie de la revoir . Les retrouvailles sont chaleureuses, l’ambiance , joviale et conviviale malgré la maladie.
David son mari offre aux amis de Shoan une petite collation. Il raconte leur quotidien, l’infirmière qui passe chaque jour pour les soins et la toilette, son organisation avec les enfants, bref son soutien sans faille et sa disponibilité pour sa femme pour le meilleur et surtout pour le pire… Leur sublime photo de mariage qui trône sur le mur de la pièce est comme le témoin occulaire de cet engagement . Ils ont aménagé le salon en chambre pour Shoan car les vraies chambres se trouvent à l’étage. Trop compliqué pour transporter le lit de l’hôpital qu’on a mis à sa disposition . Des tas de médicaments recouvrent toute la surface de leur table à manger ….
Shoan pense à faire une séance photos. Mais un de ses grands amis appelle et elle tient cinq bonnes minutes à lui parler. Ensuite, elle nous demande les détails de la soirée…
C’est ainsi qu’on lui lit la liste des invités, avec leurs messages respectifs. Elle en est émue, contente, agréablement surprise. Lorsqu’on remet l’enveloppe des dons à David , Shoan nous avertit « les filles ! voyez mon état alors je compte sur vous pour remercier tout le monde ». On lui répond « ne t’inquiète pas, ce sera chose faite ! »
Une demie heure s’est écoulée jusque là depuis notre arrivée. Shoan fait une première crise : elle pleure, gigote et se plaint « je suis très fatiguée ». David nous dit de la laisser se reposer, « vous pouvez continuer à lui parler car cela lui fait du bien , mais ne la faites plus parler pour l’instant. Il faudrait juste qu’elle vous entende mais qu’elle ne vous réponde pas ». Chacun se relayait à son chevet pour lui sussurer des mots de réconfort et d’encouragement, d’amour et d’amitié. Bercée par nos paroles , Shoan s’endort et se réveille quelques instants après et participe de nouveau aussitôt à la conversation comme si de rien n’était. En fait, nos conversations sont entrecoupées de petites crises, déclenchées sans doute par l’émotion, la fatigue…..
Et puis 2 heures après, vint le moment de nous séparer . Moment très dur à vivre pour tout le monde… malgré son état, Shoan n’est pas déconnectée de la réalité pour autant. Elle réalise que la RNS sera pour très bientôt, et elle me dit « j’aimerai bien que tu fasses des reportages à la RNS à ma place cette année » . Je lui promets « Ok, je vais les faire pour toi »….
Au moment de me dire au revoir, elle pleure et me dit un message pour ma famille. Je garde le souvenir de cette petite phrase inachevée comme un précieux signe de sa gratitude, de sa fidèle amitié à mon égard, elle , qui fut une de mes premières connaissances en France lorsque je suis venue m’y installer pour la première fois il y a 19 ans et qui est restée depuis mon amie…

Remerciements :

Chers amis,

L’élan de solidarité pour Shoan a été un franc succès. Soucieuse de vous donner un compte rendu dans la plus grande transparence, je me permets de vous communiquer les informations ci après:

-le total de la somme récoltée pour Shoan s’élève à 895€
* dont 710€ le bénéfice net de la soirée ( 85 repas ont été servis ,des artistes -Olombelo Ricky, Arison Jaha, Edgar ravahatra ont donné des CD à vendre , et les Serasera des noeuds de l’amitié. Les benéfices des ventes de ces CD et noeuds étaient pour Shoan )
* et 185€ le total des chèques pour Shoan envoyés par de nombreux donateurs par notre intermédiaire (Nanouh Rasamoely et Miora Andrianaivomanjato).

Cette somme de 895€ leur a été remise par chèques le samedi 20 février à Val de Reuil.
Pour votre information , pour chaque repas taxé 25€, 18€ revenaient au restau et 7€ à Shoan. Le restaurant n’acceptant pas le règlement par chèque, nous avons dû vous demander de nous laisser un chèque en blanc pour tout paiement par chèque . Faly Mansoor et Miora Andrianaivomanjato ont avancé vos paiements par chèques et ont donc forcément encaissé vos chèques

-La liste des noms de tous ceux qui ont participé à cet élan de solidarité a été lue à Shoan avec vos messages respectifs. Cependant, elle nous a chargés de vous transmettre ses remerciements et sa profonde gratitude

Etant l’initiatrice de cette idée de soirée pour Shoan, je prends donc comme initiative le devoir et le plaisir de vous envoyer ce mail . En effet, même si j’ai eu l’idée de faire la soirée , sans votre précieuse aide et sans votre soutien, je n’aurai pu rien faire

C’est ainsi que je vous adresse un GRAND MERCI à tous, en particulier:

– à Princis Rakotozafy, frère à Shoan qui m’a soutenue en premier dans ma démarche. Il s’excuse de ne pas avoir été à la soirée ( en deuil pour la perte récente de son autre soeur Sylviane, il n’avait pas le coeur à faire la fête) mais nous remercie en son personnel à nous tous pour ce que nous avons fait pour Shoan.
– à Steffi Rakotozafy , neveu commmun à Shoan et moi qui a conçu le flyer pub de la soirée
– à tous les amis de Shoan qui ont bien voulu me rejoindre pour les préparatifs de ce geste amical et tellement généreux: je cite en particulier Miora (qui a tout fait à ma place sur Paris quant à l’organisation de cette soirée), Rondro, Vahinala, Faha, Jocelyne, Faly, Haja Lalaina
– à toutes les personnes présentes à la soirée: les amis de Shoan ainsi que la famille et les amis de ses amis ! Merci pour votre venue, vos photos, vos chants, votre participation surtout que de nombreuses personnes sont venues de loin.
– Un grand merci particulier à ma famille et mes amis qui ne connaissent pas Shoan mais qui par solidarité et par générosité, se joignent à moi dans cette démarche
– à toutes les personnes ayant envoyé par notre intermédiaire un chèque pour Shoan. Merci pour votre confiance à notre égard, votre générosité pour Shoan, que Dieu vous le rende au centuple!
– à Olombelo Ricky, Edgar Ravahatra, Arison Jaha qui n’ont pas pu rester à la soirée mais qui sont passés nous remettre des CD à vendre et dont les bénéfices iraient pour Shoan. Merci pour votre générosité , je vous souhaite une franche réussite dans vos carrières artistiques
– à Monsieur Marc, le gérant du restaurant Chinatown Belleville de nous avoir reçus et d’avoir fait un effort commercial pour soutenir notre geste pour Shoan. Le menu qu’il nous a proposé à 18€ dessert compris se vend habituellement à 20€ sans dessert. Je souhaite une belle prospérité à votre restaurant.
– à Deejay Simjay pour la belle prestation et animation à la malgache qu’il a faite à la soirée. Un grand bravo !!!
– à l’ensemble des médias malgaches qui ont bien voulu faire gracieusement la pub de cette soirée: sites internet, radios . GRAND MERCI à tous et un grand merci particulier à Benjamin Andriamanantsara pour le reportage photo qu’il a réalisé pour la soirée
– Merci aussi pour vos pensées et pour vos prières pour Shoan, tout simplement

En espérant n’avoir oublié personne,
au nom de Shoan , de ses amis, et en mon nom personnel,
je vous envoie mes vives amitiés

Cordialement,

Nanouh RASAMOELY

Hoy indray Ikalamako hoe:

Un week-end d’émotion : Shoan en force and for ever !

Quand je repense à ce jour du pas lointain 2007 où je tombais par hasard sur un article “les rizières malgaches” du blog d’une certaine “Shoan Tout Simplement” sur le web malgache GasyKaManja (qui malheureusement a eu un crash), et qu’en bonne spammeuse j’y ai griffonné : “Vary amin’anana ihany ny an’ny malagasy ♫”, je n’aurai jamais pensé que ça a été le début de notre tralala à gauche tralala à droite ensemble sur le monde du net.

Le début était encore sous l’égide de la tranquillité d’une amitié nouvelle, le temps de mieux nous connaître…

Et je me rappelle le jour fatidique où j’ouvre son blog et elle parle sans aucun détour de sa maladie…oups. Les mots qui pullulaient et qui remplissaient son Livre d’Or étaient tout juste « bon courage, bon courage». On n’en a pas trouvé mieux.

Puis vint la première édition du BOMBS 07 du Foko-Madagascar et son blog a raflé le Prix Coup de Coeur tandis que le “Officialy no name” d’un Lazarbi s’est adjugé la première place pour le Blog des Jeunes ; et avec des félicitations ici et là entre mon blaogy et les leurs naissait donc une complicité et commençait une randonnée virtuelle.

Depuis, que de journées et de nuitées ensemble, l’un imaginant les deux autres de l’autre côté de l’écran ; que de rigolades ; que de bêtises centuplées, vu qu’ à chacun de nous trois, nous en faisons pour 10-20 personnes. Il y a justement la Jogany nationale, connue comme la gentille admin du BOMBS 😛 qui allait jusqu’à dire que nous avons coulé notre amitié sur du beton armé, tellement le triumvirat Shoan-Rondro-Laza s’est fait une équipe et trop de tapages dans leur petit coin du net.

Le temps passant, Laza et Shoan passaient de la virtualité à la réalité ; puis le tour de Shoan et Rondro sous le ciel estival de Rome, tandis que Laza et Rondro ne sont jamais allés plus loin que la fraternité “voangourienne” jusqu’à present.

Et quand il y a quelques six mois de cela, l’état de santé de la copine Shoan s’entêtait à aller vers la mauvaise direction, la voilà la miss qui m’envoie sur Facebook une grande copine/cousine du nom de Nanouh Rasamoely qui me demanda en amie ainsi : “Bonjour Rondro, je viens d’avoir Shoan au tél et elle me suggère de t’inviter sur Fb. le fait est que je viens de lancer un élan de solidarité pour elle, et sur ce coup je pense avoir besoin de toi car tu es son “pivot” sur Fb selon ses termes. Accepte-moi et je te partage l’article que j’ai fait, à moins que tu l’aies déjà reçu à tout hasard. Merci!Nanouh”.

Sans aucune hésitation j’ai confirmé la copine, sans pour autant négliger de zyeutter sur son profil – hihihi : jeune femme apparemment calme, des discussions et commentaire sérieux (aucune de ces idioties que je lance à gauche à droite sur mon mur – lollll), photos très décentes, la plupart en famille (pas comme mes albums où les amis essaient de deviner qui est mon mari – lollll), mais surtout dévote (je la vois rigoler en lisant ces lignes). Je me disais bien qu’on verra avec le temps si elle ne va pas me rayer de sa liste d’amis un de ces quatres …

La première partie de cet élan de solidarité s’est fait en douceur, et la Nanouh a l’air de bien nous supporter, et on commençait à parler d’autre chose que Shoan jusqu’au jour où après avoir rencontré le frère de Shoan à Toulouse, elle nous a ressorti un autre article avec les dernières nouvelles et photos de la miss de nouveau à l’hôpital.

Je me rappelle bien avoir reécrit l’article car son paramètre de confidentialité empêchait mes amis de le lire, et ô combien ça a touché directement le coeur de tous les “bureaucrates assidus et overdosed de facebook” listés dans mon profil.

Des témoignages de sympathie, d’encouragement, de soutien fusaient de partout. Et derrières nos murs, que de messages d’organisation, de suggestions, de propositions…entre les fahamarinana, lazou, beby, rakaroka, faly, vahinala, miora, raozigasy, raseheno, nanouh et rondro. Nanouh pensait meme à une soirée, ce qui ne déplaisait personne. Puis Jo la bretonne est venue aussi grossir le rang, non par son gabarit mais par sa joyeuse présence. Ceux qui ne sont pas encore amis le sont devenu car c’est Shoan notre point de repaire.

Lorsque la première expédition pour Rouen pour aller voir la miss au Becquerel était programmé, elle avait pensé que j’en faisais partie, et le contraire l’a rattristée… Du coup je concoctais un weekend pour les prochaines vacances d’hiver de Mialy et Nanouh a donc battu le fer bien chaud en fixant la soirée pour le 19 fevrier, début des vacances.

Quelle frénésie ces 30 jours durant…

Et quand Nanouh mettait en ligne le flyer tout rose de la soirée, nous l’ avons tous mis comme photo de profil facebook et notre lazou arrive ponctuel comme il sait bien le faire, entre mille messages il nous lance “salut mes barbies !”. D’où ce fameux surnom !

Sauf que Dieu dispose aussi de sa volonté en voulant rappeler à Lui par la même maladie Sylvianne, la soeur de Shoan à Toulouse juste 2 jours avant le cinquantième anniversaire de Shoan. Les barbies et les kens étaient foudroyés, tout comme la famille. Mais les barbies sont aussi des strong women, disais-je souvent, et les kens et nos kens respectifs sont adorables. Nous avons puisé notre courage dans la force de cette famille détruite par la douleur et chacun et chacune par tour, a réussi à appeler et trouver les mots justes que Shoan attendait de nous le 9 février . Que c’était beau l’entendre dire “je m’accroche” au bout du fil.

Nous commençons aussi à remettre en question la soirée, alors que depuis un mois, notre monde virtuel y gravitait autour. Mais à l’unanimité et avec l’aval de la famille, la soirée se fera car le but est justement de prouver à Shoan que des graines d’Amitié qu’elle a semé jusque là, il est juste grand temps qu’elle en récolte les fruits.

Enfin le grand jour arrivé, me voilà en train de hurler de joie et me jeter dans les bras des barbies et kens comme si je retrouve des amis de longue date…

Et les photos et vidéos en diront long….

Ny sary dia hitanareo ao @ antsary.serasera.org


1 comment

N° TEL METY ILAINA

Mba nisy nahatsiaro ahy nanome dia zaraiko eto ihany koa

  La Bible répond à toutes nos questions. Voici quelques numéros de téléphone d’urgence, pour que la Bible devienne réellement le livre de Vie dans notre quotidien.

Quand vous êtes troublés, appelez Jn 14.
Quand les hommes vous harcèlent, appelez PS 27.
Si vous voulez porter du fruit, appelez Jn 15.
Quand vous avez péché, appelez PS 51, Mt 11.28-30, Luc 15, Jean 3.16.

Quand vous êtes inquiet, appelez PS 46. Mt 6:19-34, Philippiens 4.6-7, 2 Tm 4.16-18.
Quand vous êtes en danger, appelez PS 91.
Quand Dieu semble loin, appelez PS 139.
Quand votre foi baisse, appelez Hé 11.

Quand vous vous sentez seul et effrayé, appelez PS 23.
Quand vous vous sentez batailleur et critiqueur, appelez 1 Co 13, cela vous calmera.
Pour savoir le secret de Paul concernant le bonheur, appelez Col 3.12-17.
Pour avoir une idée de ce qu’est l’état de chrétien, appelez 1 Co 5.15-19.

Quand vous vous sentez abattu et dépassé par les événements, appelez Rm 8.31.
Quand vous avez besoin de paix et de repos, appelez PS 37, Mt 11.25-30, Jn 14, Rm 5.1-5.
Quand le monde vous semble plus grand que Dieu, appelez PS 90, vous verrez qui est le plus grand.
Quand vous voulez une assurance que la vie chrétienne est la seule vraiment valable ici-bas, appelez Rm 8.1-30.

Quand vous partez en voyage ou au travail et que vous voulez être rassuré sur votre sécurité durant votre absence de votre maison, appelez PS. 27; 121; Mt 10.16-20, Lu 15.11-32.
Quand vos prières vous semblent devenir mesquines et égoïstes, appelez PS 67.
Quand vous sentez que vous vous croyez plus intelligent que Dieu pour créer des choses, appelez Es 55.

Quand vous voulez du courage pour accomplir une tâche, appelez Josué 1
Quand vous vous sentez seul dans le monde ou dans l’Eglise, appelez PS 23, Jn 14, Rm 12,2.
Quand vous pensez aux richesses, à la débauche et à la puissance, éloignez-vous-en vite, et appelez Me 10, Lu 12.13-21.

Quand vos poches sont vides, appelez PS 37.
Quand vous vous sentez abattu, appelez PS 27.
Si vous perdez confiance et amour envers les gens, appelez 1 Co 13.
Quand les gens sont peu aimables à votre égard, appelez Jn 15.

Si vous êtes découragé dans votre travail, appelez PS 126.
Si vous pensez que le monde est médiocre et petit, et que vous vous croyez assez grand pour dominer sur lui, appelez Pi 19, et il vous remettra à votre juste place.
Quand vous êtes découragés, appelez Rm 8.28-29,1 Co 15.57-58,1 Pi 4.12-13,1 Jn 3.1-3.

Quand vous vous sentez abandonné par vos amis, appelez PS 27, Mt 10.24-31, 2 Timothée 4.16-18.
Quand vous êtes en difficulté, appelez PS 16, Jn 14.1-4, Hé 7.25.
Quand vous êtes las, triste ou chagriné, appelez PS 6;27;40;55, Mt 11.28-30, Jn 14.1-4, Rm 8.31-39, Hé 12.6-13.

Quand vous êtes malade ou souffrant, appelez PS 32:91 Rm 5.3-8, 2 Co 12.9-10.
Quand vous avez peur, appelez PS 4, Me 4.35-41, Hé 13.5-8,1 Jn 4.15-19.
Quand vous êtes tenté de retomber dans le péché, appelez PS 6:51; Mt 26.33-35,69-75, Jn 21.15-22.
Quand vous vous sentez reconnaissant, appelez PS 84:92,100,103.

Quand vous vous sentez exposée la tentation, appelez PS 1;73, Je 1.12, 2 Pi 2.9.
Quand vous êtes dans l’adversité, appelez Mt 10.16-39.
Quand vous avez des problèmes avec l’amitié, appelez Jn 15.12,17.
Quand vous avez des problèmes avec la lecture de ta Bible, appelez Jn 5.39, Mt 24.35.

Quand vous êtes en colère, appelez Mt 5.22-24.
Quand vous avez besoin de compassion, appelez Lu 10.30-37.
Quand vous êtes tenté par la médisance, appelez Mt 15.11,17,20.
Quand vous avez des problèmes avec les critiques, appelez Mt 7.1-5.

Quand vous avez des problèmes avec la cupidité, appelez Mt 6.20, Lu 12.15-21.
Quand vous avez des doutes, appelez Jn 20.24-29.
Quand vous avez des problèmes avec la droiture, appelez Mt 5.20, Jn 3.13-21.
Quand vous avez des problèmes avec vos ennemis, appelez Mt 5.10,43-48.

Quand vous avez des problèmes avec l’extravagance, appelez Lu 12.16-31.
Quand vous avez des problèmes avec l’amour fraternel, appelez Jn 13.34-35.
Quand vous avez des problèmes avec la haine, appelez Mt 5.43-48.
Quand vous avez des problèmes avec l’honnêteté, appelez Lu 19.11-26.

Si vous avez des problèmes avec l’honneur dû aux parents, appelez Mt 15.4, Me 10.19.
Si vous êtes intempérants, appelez Lu 21.34-37.
Si vous avez des problèmes avec le mariage, appelez Me 10.2-12.
Si vous avez des craintes au sujet de la mort, appelez Lu 16.19-31, Jn 11.25,26.

Si vous avez des problèmes avec le pardon, appelez Mt 18.21-35, Me 11.25,26.
Quand vous avez des problèmes avec le péché et que vous voulez en être délivré, appelez Jn 8.24,34-36.
Quand vous avez des problèmes avec la prière, appelez Lu 11.1-13.
Si vous avez des problèmes avec les serments, appelez Mt 5.33-37.

Si vous voulez savoir ce qu’est la sincérité, appelez Mt 7.15-27.
Si vous avez des problèmes avec la tromperie, appelez Mt 23.27,28.
Si vous avez des problèmes avec la vanité, appelez Lu 18.9-14.
Si vous avez l’esprit de vengeance, appelez Mt 5.43-48.
Pour savoir ce qu’est la vérité, appelez Jn 14.6.


No comments